Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Upcoming SlideShare
What to Upload to SlideShare
Next
Download to read offline and view in fullscreen.

2

Share

Download to read offline

Power nap aux urgences

Download to read offline

La sieste, c'est prouvé, améliore les conditions de travail et la productivité mais est-ce applicable aux urgences?
Grâce aux travaux de l'IRBA, nous avons pu mettre en place un programme adapté aux soignants.

Related Books

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Related Audiobooks

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Power nap aux urgences

  1. 1. Les Power naps et mini naps aux services des urgences Améliorer les conditions de travail et la sécurité aux urgences
  2. 2. Remerciements • Médecin Général Inspecteur Dominique FELTEN - Directeur de l’Institut de recherche biomédicale des armées • Mounir CHENNAOUI, docteur en physiologie, habilité à diriger des recherches, ancien officier supérieur du service de santé des armées, chef de l’unité Fatigue et vigilance de l’IRBA et de l’équipe d’accueil EA7330 Vigilance fatigue sommeil (VIFASOM), Université Paris Descartes, Hôtel Dieu, Paris. • Arnaud RABAT, Ingénieur d’étude et de fabrication, docteur en neurosciences, unité Fatigue et vigilance de l’IRBA, EA 7330 VIFASOM. • Fabien SAUVET, médecin en chef, praticien certifié de recherche, docteur en physiologie, unité Fatigue et vigilance de l’IRBA, EA 7330 VIFASOM. • http://www.defense.gouv.fr/sante/notre-expertise/recherche- biomedicale/recherche-biomedicalermées
  3. 3. L’institut de recherche biomédical des Armées • Unité du Service de Santé des Armées • Dirigée par Médecin Général Inspecteur Dominique FELTEN • Missions : • Faire face aux multiples menaces professionnelles et environnementales, agressives ou naturelles, auxquelles le militaire peut être exposé. • Recherche : • Risques biologiques : prévenir, diagnostiquer, traiter • Risques NRC : prévenir, diagnostiquer, traiter • Facteurs humains : favoriser l'adaptation, prévenir les accidents et protéger des maladies réactionnelles • Recherche médicale opérationnelle : améliorer la protection des militaires déployés sur les théâtres d'opération, favoriser la prise en charge et la réparation secondaire des lésions • Expertise • Formation • Pour en savoir plus : http://www.defense.gouv.fr/sante/notre- expertise/recherche-biomedicale/recherche-biomedicale • http://fr.calameo.com/read/00208204040f497d35b1a Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  4. 4. VIFASOM • Unité Vigilance – Fatigue – Sommeil • Coopération IRBA / Université Paris Descartes • Missions : • Epidémiologie des troubles du sommeil et de la Vigilance, en collaboration avec l’INPES (François BECK) • Sommeil, vigilance et Travail • Environnement-sommeil et Vigilance • Privation de sommeil et conséquences sur la santé de sujets sains et contremesures • Projets : • Travail de nuit • Effets de l’environnement (bruit-lumière- température) sur le sommeil et la vigilance • Sécurité routière • Sport de haut niveau et les situations d’exception (armée) • Pour en savoir plus : http://www.sommeil-vigilance.fr/la- recherche/ Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  5. 5. Base scientifique Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  6. 6. Non réalisable? Seulement en France… • 1. Scott, L. D., Hofmeister, N., Rogness, N. & Rogers, A. E. An interventional approach for patient and nurse safety: a fatigue countermeasures feasibility study. Nurs Res 59, 250–258 (2010). • 2. Chang, Y.-S. et al. Did a brief nap break have positive benefits on information processing among nurses working on the first 8-h night shift? Appl Ergon 48, 104–108 (2015). • 3. Oriyama, S., Miyakoshi, Y. & Kobayashi, T. Effects of two 15-min naps on the subjective sleepiness, fatigue and heart rate variability of night shift nurses. Ind Health 52, 25–35 (2014). • 4. Smith-Coggins, R. et al. Improving alertness and performance in emergency department physicians and nurses: the use of planned naps. Ann Emerg Med 48, 596–604, 604–3 (2006). • 5. Reinke, L., Özbay, Y., Dieperink, W. & Tulleken, J. E. The effect of chronotype on sleepiness, fatigue, and psychomotor vigilance of ICU nurses during the night shift. Intensive Care Med 41, 657–666 (2015). Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  7. 7. Le sommeil • Phase de repos de 5 à 8h • Le sommeil favorise : • capacités de mémorisation • Améliore les performances intellectuelles ou physiques • contribue à maintenir la vigilance intacte Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  8. 8. Les cycles • 5 à 6 cycles de 90 minutes environ • Phase de sommeil lent • tonus musculaire, les fréquences cardiaques et respiratoires diminuent • Sécrétions des hormones nécessaires au fonctionnement de l’organisme et à sa régénération • effet anti-inflammatoire et élimination des toxines • Phase de sommeil paradoxal (ou REM pour Rapid eye movement) • activité cérébrale intense • sommeil d’une grande profondeur • rêves et consolidation des informations mnésiques • Sommeil de début de nuit composé de : • sommeil lent, léger et profond alors • Sommeil de fin de nuit riche en sommeil lent léger et paradoxal Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  9. 9. Les besoins en sommeil • Pour la majorité de la population française : besoin de sommeil compris entre 7 et 8 heures (Etude INVS 2014) • 5% moins de 6h • 10 à 15% plus de 9h
  10. 10. Couche tôt ou couche tard? • Envie de se coucher entre 22h30 et 0h00 et de se lever entre 6h30 et 8h00. • 20 % préfère se coucher et se lever plus tôt • 20% préfère se coucher et se lever plus tard • Risque de déficit chronique
  11. 11. Cycles du sommeil • Deux créneaux horaires sont favorables au sommeil : entre 23h00 et 7h00 et entre 13h00 et 15h00 • Johnson, A. L. et al. Sleep deprivation and error in nurses who work the night shift. J Nurs Adm 44, 17–22 (2014). • Ramadan, M. & Al-Saleh, K. The Association of Sleep Deprivation on the Occurrence of Errors by Nurses Who Work the Night Shift. Current Health Sciences Journal 97–103 (2014). doi:10.12865/CHSJ.40.02.03 • Rogers, A. E. in Patient Safety and Quality: An Evidence-Based Handbook for Nurses (ed. Hughes, R. G.) (Agency for Healthcare Research and Quality (US), 2008). Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  12. 12. La fatigue Fatigue aigüe • Affecte des individus sains, • A des origines identifiables • Perçue comme normale • Apparaît rapidement • Est de courte durée lorsque l’individu à la possibilité d’arrêter son activité et/ou de se reposer (sommeil) • Rôle d’alerte et donc de protection puisqu’elle avertit l’individu de la nécessité de prendre du repos Fatigue chronique (usure) • Succession d’épisodes de fatigue aigüe, sans retour à l’état basal de repos physiologique • Favorise, lorsqu’elle se prolonge, la survenue de désordres psychologiques et endocriniens, et l’apparition d’état de décompensation comme le surentrainement chez les sportifs ou le burn-out (Syndrome d’épuisement professionnel) Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  13. 13. Manque de sommeilPrivationtotaledesommeil •Période d’éveil continue sans sommeil •Survenue d’une hypersomnolence, •Sensation de fatigue intense •Déclin majeur des performances cognitive Restrictionaigüedesommeil •Diminution du temps de sommeil pendant 1 ou plusieurs jours •D’une à six heures par nuit (de 20 à 80 % du temps de sommeil habituel) •L’organisme s’adapte à une ou deux nuits de restriction modérée du temps de sommeil, quelques jours suffisent pour entraîner une diminution des performances Restrictionchroniquede sommeil •Durée de sommeil nocturne trop courte par rapport à nos besoins durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois : en général moins de 6 ou 7 heures de sommeil par nuit. •Comportement très répandu dans nos sociétés modernes du fait des activités sociales, professionnelles, de la télévision, d’internet... Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  14. 14. Conséquences cognitives de la privation/restriction aigüe de sommeil • moindre capacité à percevoir l’environnement (baisse de perception sensorielle, limitation du champ visuel latéral), • diminution du temps de réaction, et de l’attention, • difficultés de concentration, • sensation de fatigue, • somnolence diurne, • diminution de la capacité à se maintenir éveillé, • survenue de périodes de sommeil involontaires, • troubles de l’humeur, irritabilité, • désorientation, • troubles de la mémoire, • risque accru d’accidents du travail ou de la circulation. Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  15. 15. Conséquences de la restriction chronique de sommeil • Prise de poids avec risque d’obésité et de diabète (déséquilibre entre les deux hormones régulant la prise alimentaire). Le manque de sommeil augmente la résistance à l’insuline (Morselli et al. 2010) • Apparition de pathologies cardiovasculaires. Une durée de sommeil inférieure à 6 heures par nuit pendant 5 ans induit un risque accru de mort subite, d’hypertension artérielle, d’accident vasculaire cérébral. Dormir une heure de plus chaque nuit soignerait certaines formes d’hypertension (Sabanayagam et Shanka 2010) • Survenue de cancer, en particulier de cancer du sein, de la prostate ou colo-rectal (Kripke et al, 2002) • Des troubles psychologiques : • état dépressif, troubles anxieux, baisse de motivation, conduites addictives, trouble du comportement, voir décompensations psychiatriques • Troubles cognitifs avec altération des performances mentales et diminution des capacités d’apprentissages • Somnolence au volant, : première cause d’accident sur autoroute ; multiplie le risque d’accident par 3 à 5 selon les études (INVS 2014) • Femme enceinte, augmentation du risque d’avortement spontané, d’accouchement prématuré et de retard de croissance intra-utérin (HAS 2012) Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  16. 16. Contre Mesures ergonomiques Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  17. 17. Contre Mesures ergonomiques Contre Mesures protectrices ou préventives •Augmentent la tolérance à la privation de sommeil ou à la restriction de sommeil. Contre Mesures opérationnelles •Aident le sujet à maintenir ses capacités opérationnelles •Niveau de performance minimal au cours d’une l’altération du rythme veille- sommeil Contre Mesures récupératrices •aident le sujet à retrouver son •état initial à l’issue d’une altération du rythme veille- sommeil Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  18. 18. Au quotidien 1. Levez-vous et couchez-vous le plus souvent à la même heure (y compris le dimanche et pendant les vacances) pour éviter la désynchronisation et renforcer le rythme veille-sommeil. Il est préférable d’imposer l’heure de lever plutôt que celle du coucher. 2. Ecoutez vos signaux de sommeil (bâillements, yeux qui piquent, paupières lourdes…) et se coucher dès l’apparition de ces signes. « Ne résistez pas à la fatigue, allez au lit ! ». 3. Etablissez une routine de coucher (douche froide, lecture, marche, bain tiède…) et favorisez les rituels relaxants. En répétant quotidiennement ces gestes, vous vous conditionnez au sommeil et raccourcirez la durée d'endormissement. 4. Manger léger. Eviter les repas du soir trop copieux, trop riche en protéine, les aliments en sauce, épicés… 5. Eviter le soir les excitants : café, thé, cola, nicotine… 6. Evitez les stimulations auditives et visuelles : écran d’ordinateur, smartphone, télévision, lampe à LED… 7. Réaliser une activité physique (au moins 30 à 45 mn de marche rapide, 3 fois par semaine), en évitant les 2 heures qui précèdent le coucher. 8. Utiliser la chambre uniquement pour dormir et pas pour travailler, regarder la télé, manger. 9. Créer des conditions favorables à un sommeil de qualité : calme, obscurité, literie ferme, chambre aérée… 10. S’exposer à la lumière naturelle, notamment le matin, pour régler l’horloge interne.
  19. 19. Où dormir • Calme, en absence de bruit. L’emplacement des chambres doit être choisi avec soins. Il faut utiliser des bouchons d’oreille en cas de bruits de voisinage, de bruit des véhicules... • Totalement noir attention aux veilleuses, horloges lumineuses… • Frais. La température idéale est d'environ 18-20 °C (ne pas dépasser 26°C). Mieux vaut trop froid que trop chaud, quitte à dormir avec duvet et chaussettes. « Dormez la tête au frais et les pieds au chaud » • Sans animaux domestiques. Bannissez-les de votre chambre ! • «Ferme». Choisissez une bonne literie. Utilisez un lit et un matelas qui vous convient, si possible un peu ferme. Un matelas se change tous les 10 ans. • «Aéré». Nettoyez et changez régulièrement les draps. Aérez la chambre et faites le ménage tous les jours. Les toux et rhinites allergiques altèrent le sommeil
  20. 20. Je me couche très tôt et pourtant le sommeil ne vient pas… • Avant l’heure, ce n’est pas l’heure…. • Ne pas rater le bon moment pour s’endormir. Si vous ratez votre «porte du sommeil», il vous faudra attendre la prochaine • Pas de bain chaud le soir pour vous calmer et vous préparer au sommeil : il faut diminuer la température interne • Douche tiède ou froide • 30 minutes sans arriver à dormir? Quittez la chambre et pratiquez des activités relaxantes (lecture, tisane, marche…) dans une lumière tamisée. Retournez au lit quand vous vous sentez de nouveau somnolent • Si vous vous réveillez la nuit, et que vous n’arrivez pas à vous rendormir après 30 minutes, levez-vous et procédez à la routine décrite précédemment
  21. 21. Les fausses bonnes idées • Je fais la « grasse matinée » le week-end pour rattraper mon manque de sommeil de la semaine… • Eviter de retarder son réveil de plus de 2 heures supplémentaires par rapport à la durée habituelle de sommeil • Quitte à faire une sieste (< 1 h) en début d’après-midi • Risque de dérégler l’horloge biologique • Risque de sommeil plus « léger » et moins efficace.
  22. 22. Après la garde • Essayer de dormir au moins 7 heures au cours de la journée. • Le premier épisode de sommeil qui suit le travail est souvent court et insuffisant (5 à 6 heures) • Compléter le temps de sommeil par une sieste d’1 à 2 heures au cours de la journée, avant 16 h 00 pour ne pas retarder le sommeil nocturne • S’isoler le plus possible au cours du sommeil : faire le noir dans la chambre, se protéger contre le bruit • Prendre une douche fraîche lors du retour chez soi pour faire baisser la température du corps et favoriser l’endormissement. Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  23. 23. Se réveiller • Un bon réveil commence par un bon sommeil. Lorsqu'on se réveille fatigué, c’est que l’on n’a pas assez dormi. • Le réveil : choisissez une sonnerie douce pour vous réveiller. Un réveil trop brutal est un facteur de stress majeur. • Premier geste : on s'étire ! Une fois les yeux ouverts, restez quelques secondes dans votre lit et profitez-en pour vous étirer tout doucement. • On s'hydrate. La nuit notre corps se déshydrate : un verre d'eau au saut du lit permet de se réhydrater pour bien commencer la journée. • On fait quelques exercices. Avant de prendre votre petit-déjeuner, prévoyez-vous quelques minutes pour faire 2/3 exercices de renforcement musculature • Le petit déjeuner. Il doit couvrir le quart de nos apports journaliers et doit comprendre : une boisson chaude, des céréales (pain ou céréales type pétales de maïs), un laitage, un fruit • La douche. Commencez votre douche par un jet d'eau chaude puis terminez votre toilette par un jet d'eau un peu plus froide, pour réveiller votre corps ! • Observez des rituels. Les rituels du matin permettent d'être bien organisé dès le début de la journée : faites votre lit, votre vaisselle, regardez vos mails... • Bougez ! Quelques minutes d’activité physique modérée en plein air le matin favorisent l’éveil et renforcent les rythmes biologiques Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  24. 24. Les siestes Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  25. 25. Sieste longue •60 min à 90 mn (temps de sommeil)Durée : •Restauration ++ des performances mentales et physiques (allant de 2 à 6 heures) •Effet bénéfique sur la mémoire, l'attention, l'éveil •Prévention de la dégradation des performances Effets bénéfiques : •Inertie au réveil +++ (10 à 30 mn) •Altération du sommeil de nuit (si après 17h00 ou mauvais dormeurs) Effets néfastes : •Après ou avant une privation / restriction de sommeil •Mauvaise qualité de sommeil (froid, chaleur, bruit, mauvaise literie...) Indications : Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  26. 26. Sieste courte • De 20 à 30 minutes (temps de sommeil) • ≈ 45 mn au litDurée : • Restauration partielle des performences mentales et physiques (≈ 2 heures) Effets bénéfiques : • Inertie au réveil (10 à 30 min, si dette de sommeil) Effets néfastes : • Maintien des performances en dette de sommeil • Mauvaise qualité de sommeil (froid, chaleur, bruit, mauvaise literie...) Indications : Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  27. 27. Micro sieste Power nap • De 5 à 10 min (temps de sommeil)Durée : • Restauration passagère des performances mentales et physiques (< 1 h) • Effet rafraichissant "recharge des accus" Effets bénéfiques : • Aucun Effets néfastes : • Maintien des performance en privation de sommeil • Situation opérationnelle Indications : Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  28. 28. Caféine • Biodisponibilité 20 à 45 min • Variabilité inter-individuelle • Effets secondaires : • Irritabilité, • tachycardie, • troubles du sommeil, • augmentation de la diurèse... • France 230mg/j/personne Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  29. 29. La caféine
  30. 30. Et dans la vraie vie?... Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  31. 31. Notre expérience Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon • Mise en place d’un protocole de « mini nap » dans le service : • Sieste courte dans l’après midi pour les médecins en 24h • Durée 45 min • En chambre de garde (douche de réveil) • Mise en place d’un protocole « sieste longue » en nuit profonde : • Coupure obligatoire • 90 à 180 minutes selon activité • Diminue la pénibilité du travail • Diminue la fatigue post-garde • Améliore la productivité • Diminue le risque d’erreur médicale nocturne
  32. 32. Le projet • Mettre en place une salle dédiée pour les paramédicaux de nuit • Formations de technique d’optimisation des potentiels en lien avec la BDD 105 (Armée de l’air) Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  33. 33. Les freins • Culture médicale : • vision doloriste, culte du « il faut en ch… pour être un bon médecin » • sentiment de faiblesse • culpabilité • Vision administrative : • peur de « payer pour rien » • Absence de compréhension des concepts de productivité Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  34. 34. Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  35. 35. Aménager une salle de repos dans un service d’urgences • Une pièce calme • Un support confortable du FatBoy® à la capsule de sieste • Lampe de luminothérapie • Pour qui? • Médecins en 24 heures (utilisation après midi et nuit) • Paramédicaux de nuit (période idéale entre 2 et 4h du matin)
  36. 36. Bibliographie Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  37. 37. Bonne sieste! Dr Arnaud Depil Duval - Urgences Evreux Vernon
  • ChristelleGrasset

    Nov. 18, 2017
  • 123gimmick

    Jun. 30, 2017

La sieste, c'est prouvé, améliore les conditions de travail et la productivité mais est-ce applicable aux urgences? Grâce aux travaux de l'IRBA, nous avons pu mettre en place un programme adapté aux soignants.

Views

Total views

832

On Slideshare

0

From embeds

0

Number of embeds

3

Actions

Downloads

16

Shares

0

Comments

0

Likes

2

×